• Le 05 septembre 2016

Se servir de notre graisse pour guérir le mal de dos, utiliser de la mousse pour réparer nos os… Aujourd’hui, il serait possible de "réparer" certains de nos organes ou tissus abimés par la maladie ou le vieillissement grâce aux avancées de la médecine régénérative. Pour développer la recherche ligérienne dans le domaine, la Fondation de l’Université de Nantes lance une campagne d’appel à dons.

Depuis quelques années, la médecine régénérative a fait d'énormes progrès au point d'être considérée comme une réponse thérapeutique pour des patients qui ont aujourd'hui besoin d'une greffe. Problème : "les dispositifs médicaux implantables (prothèses,...) permettent de réparer une fonction d'un organe mais ne s'adaptent pas aux modifications du vivant", explique Pierre Weiss, directeur du LIOAD et directeur scientifique Bioregate. "Nous voulons aujourd'hui aller au-delà de la réparation et des inconvénients que cela impliquent en proposant de restaurer l'organe tel qu'il était avant la maladie, le traumatisme ou les effets du vieillissement, par la régénération des tissus".

Pour aller plus loin, plus de 200 chercheurs ligériens, parmi lesquels des chercheurs de 6 laboratoires nantais d'excellence, mènent actuellement plusieurs projets de recherche innovants, notamment dans le domaine ostéo-articulaire (régénération du squelette par biomatériaux,...). Mais d'autres domaines d'application sont également à l'étude comme le domaine du neuro-musculaire (thérapie cellulaire contre la myopathie de Duchenne,...), de la dermatologie (pansement biologique,...) ou du métabolisme (pancréas bioartificiel,...) impliquant aussi bien des compétences en biologie cellulaire, physiologie ou sciences de l'ingénieur. "Notre approche est résolument pluridisciplinaire et transversale. Croiser les connaissances de nos chercheurs et de nos laboratoires est une des clés du succès de nos projets en cours et à venir" conclut Pierre Weiss.